Nouvelles de Chine

Chers amis,

Je vous écris depuis Xiangbala, petite ville bâtie sur les bords de la Shuoyi, dans le sud du Sichuan.
Ne présentant absolument aucun intérêt architectural, ses environs en ont en revanche.
Une multitude de villages traditionnels Tibétains avec leurs maisons typiques de ces populations, malheureusement souvent assez mal entretenues. Belles de loin mais en se rapprochant, on voit bien qu’elles tombent petit à petit en décrépitude.
Depuis mon arrivé en Chine, j’ai déjà parcouru près de 980km en bus et 800 à vélo, en usant bien évidemment mes roues sur les portions les moins roulantes mais les plus jolies !
Le parti ne laissant pas la possibilité de rester aussi longtemps que l’on souhaite dans le pays, il est indispensable de prendre des transports motorisés par moments. Sed lex, dura lex.

Alors quoi de neuf depuis le Vietnam ?
Je découvre ce pays de contraste, où modernité côtoie le rustique sans aucun problème, où être à 2000m d’altitude signifie se trouver en fond de vallée, où le froid est piquant à chaque instant de la journée, où les hôtels ne sont pas chauffés (et l’eau chaude une impression psychologique !), bref un grand choc.

J’ai roulé sur des routes absolument sublimes, avec vue sur les montagnes, dans une région que l’on nomme « les marches du Tibet ». Ici nous sommes en effet au début de l’Himalaya, vaste chaîne montagneuse que chacun connaît.
Certaines étaient parfaitement recouvertes, praticables, et d’autres un véritable calvaire. Pourtant elles sont balisées de la même façon sur les cartes… Ces 3 derniers jours j’ai passé des cols à 3870m, 4301m, 4186m, 3789m et ne suis pas descendu sous les 3000m depuis au moins une semaine. Et pourtant je redescends en fond de vallée à chaque fois ! Les paysages sont grandioses et sont un régal pour les yeux. J’ai eu hier la chance d’admirer un coucher de soleil splendide depuis le dernier col du jour. Bon le côté moins drôle fut la descente, 16km sur une piste horrible (la même que depuis l’avant-veille), de nuit à la lampe frontale. Les cahots permanents ont failli me rendre dingue et croire que mon vélo allait se fracasser, mais il tient bon !
L’accueil chez l’habitant est en général assez bon, ce qui est un bon point car il peut faire assez froid la nuit. Les maisons ne sont pas chauffées ici, mis à part une pièce ouverte à tous les vents où se trouve un poël. Il y a quelques jours je dors chez des gens, dans une vallée à 3000m d’altitude, et en me réveillant je constate que la bouteille d’eau à côté de moi a entièrement gelé dans la nuit… Heureusement j’avais une couverture en plus de mon duvet, mais cela vous donne une idée de ce que je peux vivre en termes de températures.

En termes de trajet j’ai donc fait une grande boucle.
Hekou – Kunming – Dali en bus
Puis Dali – Gongshan à vélo, remontant la vallée de la Salouen, splendide, pour passer Noël dans un village des environs.
J’ai ensuite repris mon vélo, passé le col du faisan à 3842m pour basculer vers la vallée du Mékong (et une nuit à 3500 avec des ouvriers, ambiance assurée 🙂 ) ; puis visité le village de Tseukou – christianisé par les MEP il y a près d’un siècle – avant de filer à Shangri-la pour le 31.
Après une journée de pause, j’ai à nouveau repris le vélo pour aller jusqu’à Litang, à travers les montagnes et sur des pistes absolument pas carrossables… Je devrais y être d’ici 3 jours.

Le moral est bon, malgré les difficultés de la route, l’inconnu total dans lequel je suis. Les routes évoluant sans cesse, et les cartes beaucoup moins vite, il est très compliqué de savoir à quoi s’attendre. J’avance donc au jour le jour, guidé par la providence, sans trop de calculs.
La plus grande difficulté est le froid. Impossible de vraiment se réchauffer car rien n’est chauffé, et même dans l’après midi au soleil le thermomètre ne dépasse guère les 2 ou 3°C…

J’essaie de tenir bien que mal à jour le site, ce qui n’est pas facile en Chine mais je vais faire des efforts !

A bientôt pour d’autres nouvelles.

Paul

Une réaction au sujet de « Nouvelles de Chine »

  1. BOUTON Réponse

    bon courage, Paul tes récits sont toujours passionnants tu en vois de toutes les couleurs et surtout tu dois résister au froid. Bonne route on pense à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *