L’Eglise de Birmanie

La Birmanie, un pays qui, pour le voyageur au long cours, résonne tout spécialement. Il en existe quelques uns qui fascinent depuis des centaines d’années : Iran, Russie, Népal, Terre de feu, et la Birmanie.

Les rois Birmans ont régné sur ce pays pendant près d’un millénaire, déplaçant leurs capitales régulièrement au gré des astrologues. Fin XIX° siècle, ils sont vaincus et les anglais ont la mainmise sur l’intégralité du pays. Avec eux, ont débarqué des missionnaires protestants et Catholiques.

Les MEP forment le fer de lance de ces missionnaires pour évangéliser les populations locales. Accompagnant les colons, on trouve aujourd’hui des communautés chrétiennes un peu partout dans le pays, y compris dans des endroits reculés. Aujourd’hui l’Eglise Birmane est bien établie, même si les relations avec le gouvernement sont souvent rudes et délicates. On sent bien que l’Eglise dérange le pouvoir, par son message d’amour de l’autre.

Monseigneur… , Archevêque de Mandalay m’a très généreusement accueilli dans son archevêché il y a quelques jours, et m’a permis d’en savoir un peu plus sur cette Église. La volonté pastorale est fabuleuse, on sent d’emblée que l’élan missionnaire ne s’est jamais arrêté. Désormais c’est aussi le temps de la structuration pour rendre l’Eglise et surtout ses ministres durables. Qu’ils puissent se concentrer sur leur tâche première avant tout : distribuer les 7 sacrements.

L’accueil est réellement respecté ici tel que prescris par St Paul dans ses lettres. Recevoir un frère dans la Foi ne se fait pas à moitié. Le père Henry m’a choyé, mis entre les mains d’un diacre pour me faire découvrir la ville, afin d’être sûr que tout se déroule bien. Ce soir j’arrivais à Hsipaw, n’ayant pas pu participer à la messe ce matin en raison d’un conflit d’agenda – quel horaire peu pratique ce train ! – je me rends à l’église et suis immédiatement accueilli par un jeune en charge de la paroisse. Charles me fait visiter l’Église et m’explique que le père n’est pas là en ce moment et m’invite à repasser un peu plus tard. C’est ce que je fais. Nous échangeons longuement sur l’éducation des jeunes, l’évangélisation, le lien État – Eglise, la situation politique des chrétiens… Ce sont des prêtres Salesiens qui sont ici en charge de la paroisse et du Centre de jeunes attendant. De ce fait, les jeunes peuvent aller à l’école, la majorité venant des villages environnant et ne le pouvant pas le cas échéant. Le mouvement Salésien, fondé par Saint Don Bosco, prêtre Italien au service des jeunes durant toute sa vie et accueillant sans limite, est le saint patron de cette paroisse.

L’heure avançant, les pères m’invitent à rester dîner, visiblement honorés d’avoir un hôte souhaitant les rencontrer. La simplicité du dîner telle qu’ils l’annoncent me laisse pantois, c’est pour moi un repas de fête ! Quelle joie de partager en toute simplicité ces moments avec des frères chrétiens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *