Le père Camille Rio (MEP) curé de Ponouyapou, intègre le comité de soutiens d’A cross in the world

Ponouyapou, le 20 novembre 2016

En ce jour de la fête du Christ Roi, je suis heureux de recevoir le soutien du Père Camille Rio (MEP), curé de Ponouyapou. Ordonné prêtre pour le diocèse du Havre au titre des Missions Étrangères de Paris en 2013 et présent en Thaïlande depuis 3 années, le père Camille est un habitué des défis en tout genre.

Préparateur du projet « Libellule » qui a vu Timothée & Victor rentrer de Bangkok à Paris en tandem puis vélos lorsqu’il étudiait le thaï à Bangkok, customisant l’électronique du vélo pour en faire une véritable plate-forme de communication, c’était un simple jeu pour celui qui a emmené à l’été 2013 8 jeunes en rallye-raid. Paris / Oulan Bator (Mongolie) en Peugeot 404 et 204, à la rencontre de l’Eglise locale, à travers la Russie éternelle. 20 000km à rouler dans les steppes mongoles, rencontrer les chrétiens du bout du monde. Il avait rencontré à l’époque un séminariste mongol, désormais ordonné prêtre, le premier depuis 1000 ans…
Bricoleur de génie, prédicateur de Feu, il a été précieux par ses conseils pour la préparation de cette expédition.

Ayant la charge du secteur Ponouyapou / Poblakee ; le Père Camille s’inscrit dans la grande tradition des pères MEP qui vont évangéliser dans la montagne, en voiture, moto, ou à pied lorsque les routes sont impraticables.

Dans cette mission pastorale, le père ainsi que les autres curés de la région reçoivent l’aide active des Filles de la Croix.
Congrégation Française, implantée en Thaïlande depuis 5 ans à Maetan, les sœurs s’occupent du catéchisme dans les villages – visitant les familles chrétiennes et allant prier avec elles – ainsi que de la santé des Karens. Ces derniers ayant difficilement accès aux soins, les sœurs se rendent régulièrement dans les villages afin de soigner les habitants et leur procurer des soins. Leur maison est également un lieu d’accueil pour ces populations des montagnes, lorsqu’elles ont besoin de descendre des montagnes vers la ville, pour couper la route après plusieurs heures sur les sentiers escarpés.
En ce sens et afin de réponde au mieux aux besoins des Karens, les filles de la croix construisent actuellement un nouveau centre d’accueil qui sera également un internat pour une quarantaine de jeunes filles et garçons, leur permettant ainsi d’aller à l’école après le collège. Plus de détails sur le projet sur le site internet, vous pouvez les aider elles en ont besoin ! Travail humble et patient, serviteuses de l’inutile, dont la présence semble insignifiante mais qui manquerait si elles n’étaient pas là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *